Chirurgie dentaire

Extraction simple

L’extraction est le terme employé pour dire « enlever une dent ». On dit « simple » parce que l’acte de retirer la dent n’implique pas de modifier la gencive ou l’os sous-jacent à la dent à retirer.

Le dentiste évaluera la ou les dents à extraire selon plusieurs paramètres dont :

  • Leur position;
  • L’espace disponible pour les atteindre (ouverture de la bouche);
  • La santé des tissus et la présence d’infection au pourtour;
  • La présence de lésions carieuses sur les dents à traiter ou sur les dents adjacentes;
  • La présence de restaurations sur les dents à traiter ou sur les dents adjacentes;
  • La présence de fissures ou de fractures sur les dents à traiter ou sur les dents adjacentes;
  • La présence de maladie de gencives (parodontales) au pourtour.

Le dentiste déterminera alors si ces dents peuvent être considérées comme étant des extractions « simples » ou « complexes ».

En savoir plus

Extraction complexe

L’extraction est le terme employé pour dire « enlever une dent ». On dit que l’extraction est « complexe » lorsque la procédure implique de modifier le tissu et l’os qui soutiennent la dent (p. ex. : certaines interventions nécessitent de faire un lambeau, c’est-à-dire de couper de la gencive et de retirer de l’os afin de pouvoir enlever la dent).

Le dentiste évaluera la ou les dents à extraire selon plusieurs paramètres dont :

  • Leur position;
  • L’espace disponible pour les atteindre (ouverture de la bouche);
  • La santé des tissus et la présence d’infection au pourtour;
  • La présence de lésions carieuses sur les dents à traiter ou sur les dents adjacentes;
  • La présence de restaurations sur les dents à traiter ou sur les dents adjacentes;
  • La présence de fissures ou de fractures sur les dents à traiter ou sur les dents adjacentes;
  • La présence de maladie de gencives (parodontales) au pourtour.

Le dentiste déterminera alors si ces dents peuvent être considérées comme étant des extractions « simples » ou « complexes ».

En savoir plus

Extraction des dents de sagesse

L’âge d’éruption des dents de sagesse, ou troisièmes molaires permanentes, est très variable, mais se situe généralement entre 18 à 25 ans. La formation de leurs racines se termine en moyenne vers l’âge de 21 ans. Il arrive parfois que certaines personnes ne possèdent pas une ou plusieurs dents de sagesse ou que celles-ci n’aient pas la possibilité de pousser normalement.

À cet effet, il est fortement recommandé, à titre préventif, de procéder à un examen des troisièmes molaires vers l’âge de 15 ou 16 ans à l’aide d’une radiographie panoramique ou d’un scan 3D.

Le dentiste évaluera les dents de sagesse selon plusieurs paramètres dont :

  • Leur position;
  • Leur orientation et trajet d’éruption;
  • L’espace disponible pour les loger adéquatement dans les mâchoires;
  • La santé des tissus et la présence d’infection, de kystes ou autres lésions au pourtour;
  • La présence de lésions carieuses sur les dents mêmes, ou les dents adjacentes;
  • La présence de maladie de gencives (parodontales) au pourtour.

Le dentiste déterminera alors si ces dents peuvent être conservées ou non. Si une extraction est nécessaire, il est souvent plus sécuritaire d’enlever les dents de sagesse entre l’âge de 18 et 21 ans, alors que leurs racines ne sont pas encore complètement formées.

extraction dents sagesse (image)

extraction dents sagesse (suite)

Risques et conséquences de ne pas traiter :

  • Infection de la dent et/ou des tissus avoisinants, provoquant la présence de saignements, de pus, d’enflure, d’inconfort et de douleur;
  • Possibilité de lésions carieuses aux dents voisines;
  • Possibilité de résorption des dents voisines, selon la position de la dent de sagesse;
  • Possibilité d’augmenter les risques de dommages aux structures nerveuses adjacentes ou de contact avec le sinus maxillaire selon la position de la dent à extraire, si la procédure est retardée et que les racines sont complètement formées;
  • Possibilité de présence de maladies de gencives (parodontales) et de perte osseuse autour des dents de sagesse et des dents adjacentes, à cause de la difficulté d’accès pour l’hygiène;
  • Possibilité de supra-éruption des molaires du haut si aucune dent du bas n’est coordonnée et risque de morsure de la joue ou douleur à l’articulation de la mâchoire.

En savoir plus